ETUDE DU LIVRE DU PROPHÈTE DANIEL 1: 1-5

Je vous propose une étude systématique du livre du prophète Daniel et de l’Apocalypse. Cela nous prendra quelques mois, si nous voudrons aller en profondeur du message prophétique consigné dans ces 2 livres. Nous les étudierons verset par verset. Daniel et Apocalypse sont 2 livres complémentaires qui nous préparent pour les derniers jours et pour le retour de notre Seigneur Jésus-Christ. Puisse Dieu nous bénir par cette étude! Sans tarder, commençons:

 

 PAR QUI LE LIVRE DE DANIEL FUT_IL ÉCRIT?

La troisième année du règne de Jojakim, roi de Juda, Nebucadnetsar, roi de Babylone, marcha contre Jérusalem, et l’assiégea. Le Seigneur livra entre ses mains Jojakim, roi de Juda, et une partie des ustensiles de la maison de Dieu. Nebucadnetsar emporta les ustensiles au pays de Schinear, dans la maison de son dieu, il les mit dans la maison du trésor de son dieu. Le roi donna l’ordre à Aschpenaz, chef de ses eunuques, d’amener quelques-uns des enfants d’Israël de race royale ou de famille noble, de jeunes garçons sans défaut corporel, beaux de figure, doués de sagesse, d’intelligence et d’instruction, capables de servir dans le palais du roi, et à qui l’on enseignerait les lettres et la langue des Chaldéens. Le roi leur assigna pour chaque jour une portion des mets de sa table et du vin dont il buvait, voulant les élever pendant trois années, au bout desquelles ils seraient au service du roi     ETUDE DU LIVRE DU PROPHÈTE DANIEL 1: 1-5 heb-youth-diet

L’auteur de ce livre s’appelle Daniel d’après les informations fournies par Jésus en ces termes: lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint(Matthieu 24: 15).   L’histoire du livre de Daniel commence par une date historique précise: La troisième année du règne de Jojakim, roi de Juda (vers-606). Jojakim était un roi qui ne se souciait pas de la volonté de Dieu comme plusieurs des rois de Juda et d’Israël. Je dis bien plusieurs, car il y eut des rois qui ont chercherent la face de Dieu. Mais parlons de notre Jojakim. La Bible dit: Jojakin avait huit ans lorsqu’il devint roi, et il régna trois mois et dix jours à Jérusalem. Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel. L’année suivante, le roi Nebucadnetsar le fit emmener à Babylone avec les ustensiles précieux de la maison de l’Éternel (2Chroniques 37: 9-10).

     C’est incroyable, un enfant de 8 ans qui devient roi et qui est qualifié comme quelqu’un qui fait le mal devant l’Éternel. Quelques années avant, le Saint-Esprit parlait par le prophète Ésaïe ceci: Mon peuple a pour oppresseurs des enfants, Et des femmes dominent sur lui; Mon peuple, ceux qui te conduisent t’égarent, Et ils corrompent la voie dans laquelle tu marches (Ésaïe 3: 12). C’est ce règne d’enfant qui a mis un terme au royaume de Juda et Nebucadnetsar, roi de Babylone, marcha contre Jérusalem, et l’assiégea (Daniel 1: 1).

     Dans un langage prophétique, un enfant signifie quelqu’un qui ne peut pas agir de lui-même, parce qu’il manque de force ou de jugement; mais qui doit dépendre de quelqu’ un d’ autre pour bien accomplir la tâche. Un pays gouverné par quelqu’un qui est soumis à une pensée d’un autre ou d’un ancêtre ne peut pas voir une vrai révolution, surtout dans la matière spirituelle. Ainsi, le règne de Jojakin ne fut pas un vrai règne, car bien qu’il fût roi, il eut besoin des princes régents. Bien sûr qu’ils profitaient de sa jeunesse pour ordonner n’importe quoi aux citoyens du royaume. C’était donc une suite des mauvais gouvernements que Judas avaient eus, et Dieu finit par envoyer Nébucadnetsar pour mettre au terme la folie.

      Le monde d’aujourd’hui n’est pas mieux gouverné que le royaume de Juda au temps de Jojakim. Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil (Ecclésiaste 1:9). Nous marchons dans les traditions établies par quelques-uns d’autres. Nous faisons semblant d’être révolutionnaires, mais nous sommes esclaves de nos traditions, nos cultures, notre bouffe, nos boissons, notre petite cigarette,  les émissions malsaines à la T.V, les modes vestimentaires et l’orgueil de tous genres… Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? (Romains 6: 16). 

Nous sommes même prêts à fermer les yeux devant les injoctions claires de la parole de Dieu, pourvu que nous accomplisions ce que la tradition nous demande. Puis pour nous consoler, nous nous réfugions dans les arguments élaborés par les grands penseurs de notre époque. Pourtant, le Seigneur Jésus nous pose un question bien sérieuse là-dessus: 

 Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition? Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition (Matthieu 15: 3, 6) 

     C’est pour cela que le Seigneur permet que le monde soit ravagé  par des Nebucadnetsar,  et plusieurs de nos frères et soeurs dans la foi, nos familles, nos fils et nos filles sont déjà capturés, et sont emmenés plus loin à Babylone. Nébucadnetsar de notre époque est plus méchant que celui du temps de Jojakin.  Lorsque je parle d’un Nebucadnetsar d’aujourd’hui, je veux parler de tous ces problèmes de la vie qui nous contraignent d’abandonner nos moments de prières, notre études biblique et nos réunions avec les frères. Des fois nous sommes à l’école, au travail, à l’hôpital, en prison, etc.

     Il est vrai que le Seigneur lance un grand cri d’alarme par les bouches des prédicateurs en disant: Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux (Apocalypse 18: 4). Mais combien en sortent-ils pour regagner leur ancienne relation avec le Dieu de Sion?

     Nous avons lu au début de notre étude que Le roi donna l’ordre à Aschpenaz, chef de ses eunuques, d’amener quelques-uns des enfants d’Israël de race royale ou de famille noble, de jeunes garçons sans défaut corporel, beaux de figure, doués de sagesse, d’intelligence et d’instruction, capables de servir dans le palais du roi, et à qui l’on enseignerait les lettres et la langue des Chaldéens. Le roi leur assigna pour chaque jour une portion des mets de sa table et du vin dont il buvait, voulant les élever pendant trois années, au bout desquelles ils seraient au service du roi (Daniel 1: 3-5). Voilà ce qui arrive spécialement à nos jeunes lorsqu’ils sont enchaînés par l’armée de Nebucadnetsar. Ils arrivent à Babylone et on les contraint de manger et de boire selon l’ordre du roi de Babylone et ils acceptent sans réagir.

     Dans des termes claires, lorsque la vie nous contraint d’abandonner nos heures de prières, notre étude biblique et même des fois de vivre loin denotre église, ne prenons pas le risque d’accepter tout ce qu’on nous propose pour survivre, pour réussir, ou pour gagner facilement la vie. Je dois vous rappeler mon frère, ma soeur, que le grand Nébucadnetsar d’aujourd’hui peut être notre employeur, notre mari, notre épouse, notre belle-famille, nos amis, etc.

     Pensez-vous que les jeunes Hébreux qui étaient choisis par Aschpenaz ont tous mangé les mets de la table royale? Pensez-vous qu’ils ont tous bu du vin de Babylone que le roi buvait? C’est ce que nous verrons dans notre prochaine étude.

       Que le Seigneur vous aide à comprendre cette étude.

Faites connaître notre blog à vos amis, surtout ces enseignements sur le livre de Daniel.

VOUS POUVEZ LAISSER UN COMMENTAIRE DANS LE PETIT RECTANGLE EN-BAS

 

Publié dans : ||le 18 avril, 2010 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

ni Ombre ni Lumière |
SALAFYA |
Le Blog de la Médit' |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Islam
| ANGULO - OVVERO UNA CASA DI...
| anneecalvin2009