LA PAROLE DE DIEU POUR CE DIMANCHE, LE 1er MAI 2011

ACTES 2: 42-47

Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. La crainte s’emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres. Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur, louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés (Actes 2: 42-47).

 Bienvenue dans l’étude de la parole de Dieu en ce premier jour de la semaine du 1er mai 2011.

Il est intéressant de voir que la première communauté perséverait dans l’enseignement des apôtres. Plus tard,  les apôtres Barnabé et Paul recommandèrent aux premières communautés chrétiennes d’observer correctement les décisions des apôtres qui sont à Jérusalem. En effet, nous lisons: En passant par les villes, ils recommandaient aux frères d’observer les décisions des apôtres et des anciens de Jérusalem. Les Églises se fortifiaient dans la foi, et augmentaient en nombre de jour en jour (Actes 16: 4-5). Il y a une grande bénédiction pour l’Église, si elle observe les enseignements des apôtres de Jérusalem. Est-ce possible aujourd’hui? Oui, c’est possible mais il faut l’esprit de discernement. Car certains érudit ont pris l’Église en ôtage, en s’affichant comme des successeurs des apôtres. Ce récit que nous venons de lire est clair, les apôtres ne lisait pas la messe, ils n’invoquaient pas les saints, ils ne mettaient pas des vêtements romains du dieu soleil pour faire des cultes, mais ils enseignaient, ils priaient et ils décidaient. Ils sanctifiaient aussi le sabbat de Jésus. Si aujourd’hui tous ceux qui se réclament d’être apôtres rassemblent les foules le dimanche, c’est une preuvent que Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs oeuvres (2Corinthiens 13-15). En fait nous lisons dans le même livre des Actes des Apôtres qu’ils avaient à coeurs le repos et les réunions du sabbat: Le jour du sabbat, nous nous rendîmes, hors de la porte, vers une rivière, où nous pensions que se trouvait un lieu de prière. Nous nous assîmes, et nous parlâmes aux femmes qui étaient réunies. L’une d’elles, nommée Lydie, marchande de pourpre, de la ville de Thyatire, était une femme craignant Dieu, et elle écoutait. Le Seigneur lui ouvrit le coeur, pour qu’elle fût attentive à ce que disait Paul (Actes 16: 13-14). Il y aurait une grande bénédiction pour l’Église si elle reviendrait sur la religion des apôtres, car ces derniers aussi affirment qu’Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Actes 5: 19). Or, il est évident que plusieurs communautés chrétiennes d’aujourd’hui sont fondées sur des opinions des hommes, des soit-disant apôtres, des faux prophètes, docteurs et évangélistes.

PSAUME 118: 1, 4,13, 14, 19, 21-25

Louez l’Éternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure à toujours!

Que ceux qui craignent l’Éternel disent: Car sa miséricorde dure à toujours!

Tu me poussais pour me faire tomber; Mais l’Éternel m’a secouru.

L’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges; C’est lui qui m’a sauvé.

Ouvrez-moi les portes de la justice: J’entrerai, je louerai l’Éternel. 

Je te rends grâce car tu m’as exaucé : t

tu es pour moi le salut. 

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : 

c’est là l’oeuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux. 

Voici le jour que fit le Seigneur,

qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! 

Donne, Seigneur, donne le salut ! Donne, Seigneur, donne la victoire !

Je te loue, parce que tu m’as exaucé, Parce que tu m’as sauvé. 

La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle. 

C’est de l’Éternel que cela est venu: C’est un prodige à nos yeux. 

C’est ici la journée que l’Éternel a faite: Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie! 

O Éternel, accorde le salut! O Éternel, donne la prospérité!

Ce psaume est une prophétie qui pointe sur Jésus-Christ qui a dû endurer les épreuves pour notre salut, mais Dieu le Père l’a ressuscité des morts. Il est vivant pour l’éternité. L’Église catholique devait tirer une leçon importante en ce psaume de ce dimanche le 1er mai.  Ici, nous voyons que Jésus est la pierre qu’ont rejetté  ceux qui batissaient mais qui est devenue la principale de l’angle. L’Église n’est pas bâtie sur Pierre comme on nous le fait croire. Jésus n’a jamais dit qu’il bâtira une Église sur Pierre. Mais, il a dit: je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église (Matthieu 16: 18). Veuillez noter que l’Église n’est pas bâtie sur monsieur Pierre, mais sur cette pierre (en miniscule). Cette pierre est Jésus. La foi qui animait Pierre lorsqu’il affirma que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, ce fut une foi dure comme une pierre. Voilà pourquoi Jésus lui disait que: sur cette pierre (sur cette foi), il bâtirait son Église. Et Pierre, à son tour affirme clairement que ce n’est pas lui qui est la pierre en question, mais que c’est Jésus-Christ lui-même. Nous lisons:  Alors Pierre, rempli du Saint Esprit, leur dit: Chefs du peuple, et anciens d’Israël,… Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle. Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés (Actes. 4: 8, 11-12).  

DEUXIEME LECTURE -  1 Pierre 1, 3-9

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux, à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps! C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par divers épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi.

Ce texte nous révèle un enseignement que beaucoup de catholiques et protestants évangéliques auront des difficultés à croire. Nous sommes toujours passionnés par le salut gratuit en Jésus-Christ. Mais avons-nous compris ce que c’est un salut gratuit en Jésus-Christ? Si Jésus est mort pour l’humanité (Jean 3: 16), il reste à l’humanité de l’accepter comme Sauveur. Si la foi est un don de Dieu (Ephésiens 2: 8), il reste que l’homme accepte ce don. Accepter le salut et la foi qui viennent de Dieu est aussi le prix du salut. Ceux qui n’ont pas fait cela ne seront pas sauvés. Il ne s,agit pas de dire seulement: » Je crois ou j’accepte », il faut que cela se traduise par l’obéissance en ces commandements. Même Jésus-Christ, a appris,  bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, et  après avoir été élevé à la perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel (Hébreux 5: 8-9). Veuillez remarquer dans ce verset que Jésus-Christ n’est pas l’auteur du salut éternel pour tous, mais pour ceux qui lui obéissent seulement. Pour les autres leur salut ne tiendra pas, à moins qu’ils se repentent.  Celui qui dit: Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui (1Jean 2: 4).  Or, tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort (Apocalypse 20: 8).

ÉVANGILE: (Jean 20: 19-31)

Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau: La paix soit avec vous! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint Esprit. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. Thomas, appelé Didyme, l’un des douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint. Les autres disciples lui dirent donc: Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit: Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point. Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, et dit: La paix soit avec vous! Puis il dit à Thomas: Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté; et ne sois pas incrédule, mais crois. Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu! Jésus lui dit: Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru! Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.

L’apôtre Jean nous révèle que les disciples étaient dans cette maison fermée, le premier jour de la semaine, le jour ou Jésus fut ressuscité.  Ce jour est le premier de la semaine, car la Bible nous le donne aussi comme un jour du travail et non de repos. Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.  Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour (Genèse 1: 4-5).  C’est à partir de ce premier jour que commence la semaine. Or, l’ordre qui nous est donné est celui-ci: Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.  Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage (Exode 20: 9-10). L’Évangile de Luc nous dit: Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat, selon la loi (Luc 23: 55-56). L’évangéliste Marc, nous montre clairement que les femmes ont agi comme si le jour de la résurrection est un jour ordinaire de travail: Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques, et Salomé, achetèrent des aromates, afin d’aller embaumer Jésus (Marc 16: 1). Elles ont passé chez un marchand pour acheter des aromates, probablement que la quantité qu’elles avaient préparée n’était pas suffisante. Cette information suffit aussi pour nous convaincre que les commerces étaient ouvertes, car le Seigneur est résuscité au jour su travail. L’autre évangile qui fait que ce jour soit appelé  »jour du repos, jour du Seigneur, dimanche, etc, est un évangile de contre-bande.

Il faut aussi noter que le pouvoir de remettre les péché est accordé, non pas aux apôtres, mais aux disciples. C,est pourquoi le mot  »apôtres » n’est pas utilisé dans ce contexte. Car Jésus s’adressait à beaucoup de disciples, hommes et femmes.  Ils demeuraient ensemble par crainte des Juifs. Et au jour de l’ascension, pour eux, après l’avoir adoré, ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie; et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu (Luc 24: 52-53). Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus. .. le nombre des personnes réunies étant d’environ cent vingt (Actes 1: 14-15). Jésus ne parlait pas de cette confession auriculaire(lorqu’on va chuchoter les péchés commis dans l’oreille d’un prêtre ). Il parlait d’une remission des péchés en général, motivée par l’amour de Jésus qui est en nous. Ainsi, la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem (Actes 24: 47). Ce n’est pas la confession dans des confessinaux, mais c’est le pardon des péchés d’après Jésus: Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses (Matthieu 6: 14-15). C’est cela que l’apôtre Paul enseigna aussi:Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi (Colossiens 3: 13).

Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu, et la communication du Saint Esprit, soient avec vous tous! (2Corinthiens 13: 13)

Contact  

Publié dans : Non classé |le 29 avril, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

ni Ombre ni Lumière |
SALAFYA |
Le Blog de la Médit' |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Islam
| ANGULO - OVVERO UNA CASA DI...
| anneecalvin2009