Archive pour avril, 2011

LES DISCIPLES D’EMMAÜS AVEC JÉSUS: Il parut vouloir aller plus loin…

Lorsqu’ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin. Mais ils le pressèrent, en disant: Reste avec nous, car le soir approche, LES DISCIPLES D'EMMAÜS AVEC JÉSUS: Il parut vouloir aller plus loin... emaus011le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux. Pendant qu’il était à table avec eux, il prit le pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent; mais il disparut de devant eux. Et ils se dirent l’un à l’autre: Les_Disciples_D_Emmaus_smalNotre coeur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures? Se levant à l’heure même, ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onze, et ceux qui étaient avec eux, assemblés et disant: Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon. Et ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu au moment où il rompit le pain. Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Saisis de frayeur et d’épouvante, ils croyaient voir un esprit. Mais il leur Jesus_ressuscitedit: Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans vos coeurs?

Le texte d’aujourd’hui met à l’épreuve notre foi. Il arrive des fois où le Seigneur exauce nos prière et nos imperfections nous empêchent de connaître combien Dieu a été bon pour nous. Les deux disciples sur chemin d’Emmaüs avait adressé une requête claire à ce supposé étranger sns savoir que c’était Jésus. Ils luis dirent: Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin(Luc 24: 29). La requête fut entendue et exaucé: il entra, pour rester avec eux . Pendant qu’il était à table avec eux, il prit le pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent; mais il disparut de devant eux. (Luc 24: 29-31). Jésus était-il vraiment séparé d’eux dans cette disparition? Une chose est claire, les deux disciples venaient de le reconnaître, mais lui, il disparut immédiatement.multiplication%20du%20pains%20et%20du%20poisson Ils le reconnurent parcequ’ils l’avait vu faire une pareille prière avant sa mort, lorsqu’ils multiplia les pains pour nourrir la foule, et peut-être dans d’autres occasions. Et ils se dirent l’un à l’autre: Notre coeur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures? (Luc 24: 32).   Jésus les entendait et les voyait quand ils discutaient, mis eux ils ne le voyaient pas, car ce furent des hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire (Luc 24: 25). Jésus aurait aimé qu’ils croient au premier caravaggio_-_the_incredulity_of_saint_thomas-smallcontact avec lui, comme Thomas l’a fait. Mais, il lui a fallu passer par trop de passages bibliques qui ne les ont pas aussi persuadés. C’est ainsi que Jésus recourut à la bénédiction du pain, mais c’était trop tard! Se levant à l’heure même, ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onze, et ceux qui étaient avec eux, assemblés et disant: Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon (Luc 24: 33-34). Là aussi, les deux disciples voyageurs ne s’en rendaient pas compte, mais Jésus marchait avec eux. VanMeegeren_The_Disciples_at_EmmausIls avaient à peine commencé à raconter leur histoire, que Jésus leur coupa la parole: Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! (Luc 24: 36).

Mes amis, vous rendez-vous compte que le Seigneur ressuscité marche à nos côtés aussi? Il nous entend, il nous voit! Car l’Éternel étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le coeur est tout entier à lui (2Chroniques 16: 9).  Gardons-nous de dire ou faire n’importe  quoi, car nous sommes entré dans une alliancesatelmajer%202 plus excellente qui fait de nous les vrais disciples de Jésus, une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que nous annoncions les vertus de celui qui nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, nous qui autrefois n’étions pas un peuple, et qui maintenant sommes trecartin246-thumb-246x165-4586le peuple de Dieu, vous qui n’avions pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avons obtenu miséricorde (1Pierre 2: 9-10).

Le Psalmiste dit: Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée; Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies. Car la parole n’est pas sur ma langue,china%202 Que déjà, ô Éternel! tu la connais entièrement. Tu m’entoures par derrière et par devant, Et tu mets ta main sur moi.walking_on_water_jekel1 Une science aussi merveilleuse est au-dessus de ma portée, Elle est trop élevée pour que je puisse la saisir. Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face? Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t’y voilà. Si je prends les ailes de l’aurore, photo-1_waEt que j’aille habiter à l’extrémité de la mer, Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira. Si je dis: Au moins les ténèbres me couvriront, La nuit devient lumière autour de moi; jesus-and-peter-walking-on-waterMême les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, La nuit brille comme le jour, Et les ténèbres comme la lumière (Psaume 139: 2-12).

Que le Seigneur Jésus ressuscité nous accompagne partout dans nos maisons et dans nos travaux. Amen 

Publié dans:Non classé |on 30 avril, 2011 |Pas de commentaires »

LA PAROLE DE DIEU POUR CE DIMANCHE, LE 1er MAI 2011

ACTES 2: 42-47

Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. La crainte s’emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres. Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur, louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés (Actes 2: 42-47).

 Bienvenue dans l’étude de la parole de Dieu en ce premier jour de la semaine du 1er mai 2011.

Il est intéressant de voir que la première communauté perséverait dans l’enseignement des apôtres. Plus tard,  les apôtres Barnabé et Paul recommandèrent aux premières communautés chrétiennes d’observer correctement les décisions des apôtres qui sont à Jérusalem. En effet, nous lisons: En passant par les villes, ils recommandaient aux frères d’observer les décisions des apôtres et des anciens de Jérusalem. Les Églises se fortifiaient dans la foi, et augmentaient en nombre de jour en jour (Actes 16: 4-5). Il y a une grande bénédiction pour l’Église, si elle observe les enseignements des apôtres de Jérusalem. Est-ce possible aujourd’hui? Oui, c’est possible mais il faut l’esprit de discernement. Car certains érudit ont pris l’Église en ôtage, en s’affichant comme des successeurs des apôtres. Ce récit que nous venons de lire est clair, les apôtres ne lisait pas la messe, ils n’invoquaient pas les saints, ils ne mettaient pas des vêtements romains du dieu soleil pour faire des cultes, mais ils enseignaient, ils priaient et ils décidaient. Ils sanctifiaient aussi le sabbat de Jésus. Si aujourd’hui tous ceux qui se réclament d’être apôtres rassemblent les foules le dimanche, c’est une preuvent que Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs oeuvres (2Corinthiens 13-15). En fait nous lisons dans le même livre des Actes des Apôtres qu’ils avaient à coeurs le repos et les réunions du sabbat: Le jour du sabbat, nous nous rendîmes, hors de la porte, vers une rivière, où nous pensions que se trouvait un lieu de prière. Nous nous assîmes, et nous parlâmes aux femmes qui étaient réunies. L’une d’elles, nommée Lydie, marchande de pourpre, de la ville de Thyatire, était une femme craignant Dieu, et elle écoutait. Le Seigneur lui ouvrit le coeur, pour qu’elle fût attentive à ce que disait Paul (Actes 16: 13-14). Il y aurait une grande bénédiction pour l’Église si elle reviendrait sur la religion des apôtres, car ces derniers aussi affirment qu’Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Actes 5: 19). Or, il est évident que plusieurs communautés chrétiennes d’aujourd’hui sont fondées sur des opinions des hommes, des soit-disant apôtres, des faux prophètes, docteurs et évangélistes.

PSAUME 118: 1, 4,13, 14, 19, 21-25

Louez l’Éternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure à toujours!

Que ceux qui craignent l’Éternel disent: Car sa miséricorde dure à toujours!

Tu me poussais pour me faire tomber; Mais l’Éternel m’a secouru.

L’Éternel est ma force et le sujet de mes louanges; C’est lui qui m’a sauvé.

Ouvrez-moi les portes de la justice: J’entrerai, je louerai l’Éternel. 

Je te rends grâce car tu m’as exaucé : t

tu es pour moi le salut. 

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : 

c’est là l’oeuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux. 

Voici le jour que fit le Seigneur,

qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! 

Donne, Seigneur, donne le salut ! Donne, Seigneur, donne la victoire !

Je te loue, parce que tu m’as exaucé, Parce que tu m’as sauvé. 

La pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l’angle. 

C’est de l’Éternel que cela est venu: C’est un prodige à nos yeux. 

C’est ici la journée que l’Éternel a faite: Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie! 

O Éternel, accorde le salut! O Éternel, donne la prospérité!

Ce psaume est une prophétie qui pointe sur Jésus-Christ qui a dû endurer les épreuves pour notre salut, mais Dieu le Père l’a ressuscité des morts. Il est vivant pour l’éternité. L’Église catholique devait tirer une leçon importante en ce psaume de ce dimanche le 1er mai.  Ici, nous voyons que Jésus est la pierre qu’ont rejetté  ceux qui batissaient mais qui est devenue la principale de l’angle. L’Église n’est pas bâtie sur Pierre comme on nous le fait croire. Jésus n’a jamais dit qu’il bâtira une Église sur Pierre. Mais, il a dit: je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église (Matthieu 16: 18). Veuillez noter que l’Église n’est pas bâtie sur monsieur Pierre, mais sur cette pierre (en miniscule). Cette pierre est Jésus. La foi qui animait Pierre lorsqu’il affirma que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, ce fut une foi dure comme une pierre. Voilà pourquoi Jésus lui disait que: sur cette pierre (sur cette foi), il bâtirait son Église. Et Pierre, à son tour affirme clairement que ce n’est pas lui qui est la pierre en question, mais que c’est Jésus-Christ lui-même. Nous lisons:  Alors Pierre, rempli du Saint Esprit, leur dit: Chefs du peuple, et anciens d’Israël,… Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle. Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés (Actes. 4: 8, 11-12).  

DEUXIEME LECTURE -  1 Pierre 1, 3-9

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux, à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps! C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par divers épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi.

Ce texte nous révèle un enseignement que beaucoup de catholiques et protestants évangéliques auront des difficultés à croire. Nous sommes toujours passionnés par le salut gratuit en Jésus-Christ. Mais avons-nous compris ce que c’est un salut gratuit en Jésus-Christ? Si Jésus est mort pour l’humanité (Jean 3: 16), il reste à l’humanité de l’accepter comme Sauveur. Si la foi est un don de Dieu (Ephésiens 2: 8), il reste que l’homme accepte ce don. Accepter le salut et la foi qui viennent de Dieu est aussi le prix du salut. Ceux qui n’ont pas fait cela ne seront pas sauvés. Il ne s,agit pas de dire seulement: » Je crois ou j’accepte », il faut que cela se traduise par l’obéissance en ces commandements. Même Jésus-Christ, a appris,  bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes, et  après avoir été élevé à la perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel (Hébreux 5: 8-9). Veuillez remarquer dans ce verset que Jésus-Christ n’est pas l’auteur du salut éternel pour tous, mais pour ceux qui lui obéissent seulement. Pour les autres leur salut ne tiendra pas, à moins qu’ils se repentent.  Celui qui dit: Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui (1Jean 2: 4).  Or, tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort (Apocalypse 20: 8).

ÉVANGILE: (Jean 20: 19-31)

Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau: La paix soit avec vous! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint Esprit. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. Thomas, appelé Didyme, l’un des douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint. Les autres disciples lui dirent donc: Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit: Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point. Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, et dit: La paix soit avec vous! Puis il dit à Thomas: Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté; et ne sois pas incrédule, mais crois. Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu! Jésus lui dit: Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru! Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.

L’apôtre Jean nous révèle que les disciples étaient dans cette maison fermée, le premier jour de la semaine, le jour ou Jésus fut ressuscité.  Ce jour est le premier de la semaine, car la Bible nous le donne aussi comme un jour du travail et non de repos. Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.  Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour (Genèse 1: 4-5).  C’est à partir de ce premier jour que commence la semaine. Or, l’ordre qui nous est donné est celui-ci: Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.  Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage (Exode 20: 9-10). L’Évangile de Luc nous dit: Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat, selon la loi (Luc 23: 55-56). L’évangéliste Marc, nous montre clairement que les femmes ont agi comme si le jour de la résurrection est un jour ordinaire de travail: Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques, et Salomé, achetèrent des aromates, afin d’aller embaumer Jésus (Marc 16: 1). Elles ont passé chez un marchand pour acheter des aromates, probablement que la quantité qu’elles avaient préparée n’était pas suffisante. Cette information suffit aussi pour nous convaincre que les commerces étaient ouvertes, car le Seigneur est résuscité au jour su travail. L’autre évangile qui fait que ce jour soit appelé  »jour du repos, jour du Seigneur, dimanche, etc, est un évangile de contre-bande.

Il faut aussi noter que le pouvoir de remettre les péché est accordé, non pas aux apôtres, mais aux disciples. C,est pourquoi le mot  »apôtres » n’est pas utilisé dans ce contexte. Car Jésus s’adressait à beaucoup de disciples, hommes et femmes.  Ils demeuraient ensemble par crainte des Juifs. Et au jour de l’ascension, pour eux, après l’avoir adoré, ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie; et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu (Luc 24: 52-53). Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus. .. le nombre des personnes réunies étant d’environ cent vingt (Actes 1: 14-15). Jésus ne parlait pas de cette confession auriculaire(lorqu’on va chuchoter les péchés commis dans l’oreille d’un prêtre ). Il parlait d’une remission des péchés en général, motivée par l’amour de Jésus qui est en nous. Ainsi, la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem (Actes 24: 47). Ce n’est pas la confession dans des confessinaux, mais c’est le pardon des péchés d’après Jésus: Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses (Matthieu 6: 14-15). C’est cela que l’apôtre Paul enseigna aussi:Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi (Colossiens 3: 13).

Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu, et la communication du Saint Esprit, soient avec vous tous! (2Corinthiens 13: 13)

Contact  

Publié dans:Non classé |on 29 avril, 2011 |Pas de commentaires »

RÉPONSE À UN FRÈRE ET SON ÉQUIPE QUI DIFFUSENT DES RUMEURS SUR LA MARQUE DE LA BÊTE

 Voici le message intégral que ces frères font circuler. Après l’avoir analysé, je me suis aperçu qu’il ne réflète pas la vérité bibique. Vous trouverez ma réponse en guise de réaction, un peu plus bas. Pour ma sécurité et la leur, les noms des frères en question ont été omis.

Attention !!!

         La marque de la bête 
RÉPONSE À UN FRÈRE ET SON ÉQUIPE QUI DIFFUSENT DES RUMEURS SUR LA MARQUE DE LA BÊTE Verichip2                                                                                                                2ebwhg3
En avez-vous déjà entendu parler ?
C’est un phénomène de société qui va lentement amener notre monde à la globalisation. Il s’agit d’un projet d’origine américaine qui a débuté dans les années 50. Le but de ses dirigeants
est de parvenir à créer un gouvernement mondial unique, qui identifierait et contrôlerait chacun des individus.
obama_10              obama-g8    689363553
Impossible, pensez-vous ?
Non, cela ne l’est pas ! De nos jours, si l’on veut parvenir à identifier quelqu’un et à tout savoir sur lui, il suffirait de consulter et de rassembler les informations fournies par les banques, les services administratifs et médicaux…cela prendrait plusieurs jours mais cela resterait faisable.

                                                          digitalniandjeo
Alors, ou est le problème ?
Le problème est que les futurs dirigeants du Gouvernement Mondial ont décidé de forcer les gens de tous les pays à accepter l’implant d’une micro-puce électronique sous la peau… soit sur
le revers de la main, ou soit sur le front. Cet implant regroupera à lui seul toutes les informations vous concernant déjà détenues par les organismes publics et privés. Le but de cette puce est de pouvoir localiser, tracer, identifier voire contrôler un individu a toute heure et ou qu’il soit, par le biais d’une liaison satellite. 
                   RFID-speck                         24570486:jpeg_preview_large_100831120313_84x64
C’est une farce !!!
 Non hélas, c’est bien la réalité. La Nouvelle-Zélande  a été choisie pour être le premier pays au monde à adopter ce système. Savez-vous que l’an passé, 15.000 bébés y ont été implantés d’office ? En Australie, le personnel de toutes les Banques ainsi que les militaires ont reçu l’ordre d’accepter cette puce… Les prochains pays sur
la liste sont les États-Unis d’Amérique… puis Israël. Vérifiez donc sur Internet si vous recherchez des preuves ! Cette puce est actuellement commercialisée et déployée par la société américaine « Applied Digital Solution Inc » et sa fililale   »VeriChip ». 
 

pape-benoit-xvi             pape-coupe               anti_obama_red_devil_giant_poster-p228335636291487936qzz0_400
OK, et après ….?
Après Israël, viendra le tour de l’Europe. Dans un premier temps, cette puce sera d’abord « optionnelle » puis deviendra obligatoire un peu plus tard. Les autorités rivaliseront d’astuces pour vous séduire. Vous ne pourrez y échapper !     enfant-kamikaze-jihad    anatoliy-meymuhin    diabolicus Est ce que ça fait mal ?Non, l’opération est pratiquement indolore. Mais sachez que vous serez devenu à cet instant une « marchandise » car cette puce vous attribuera un code-barre unique.
De plus, en cas de rupture de cette puce, le lithium qu’elle contient peut se répandre, en provoquant un purulent et douloureux ulcère. Il vous sera en outre devenu impossible de vendre ou d’acheter quoi que ce soit sans elle, car tous les systèmes de paiement se seront adaptés à cette nouvelle puce. Même les cartes bancaires deviendront démodées.

15y    verichip    img006-copie-1 duncanlong11abc
Un Code-Barre unique ?
En effet, cette puce possède un code barre unique qui servira a vous identifier, parmi d’autre milliards d’individus. Et ce code barre, se compose de 3 séquences de 6 chiffres … 3×6 …. 6,6,6 ! Cela ne vous rappelle rien? Le 666 est le nombre de la Bête décrite dans la sBible , celle dont parle Jean dans ses Révélations =>Apocalypse 13 : 16 a 18 la-bete-666   anatomiecodebarre   marque6-2  logo-666
Cette puce EST la marque de la bête qui réduira les peuples a l’état d’esclavage => Apocalypse 13 : 17 
Si vous faites le choix de l’accepter, sachez qu’à cet instant, vous vendrez votre âme au Diable. D’ailleurs, cette puce est commercialisé e sous le nom de « Digital Angel »… très ironique, n’est-ce pas ?

digital-angel-666   dangerous    evil-hand 
Alors que faire ?
Ne vous laissez pas séduire par le péché!!!Ne jamais accepter cette puce que le Gouvernement Mondial rêve de vous voir porter, sous aucun prétexte… Même si l’on vous la présente sous son meilleur jour, même si le concept peut vous séduire au premier abord, c’est juste un piège pour mieux vous tromper ! Pour votre Salut, Refusez-la, avec la dernière énergie!                                                              je dis non à la marque de la bete. 
StopRfidFondNoir1200        istockphoto_1668379-at-the-cross   stop-homme1-diable   14688_160px                        
Il faudra également confier votre âme a notre Seigneur, Dieu, qui veillera sur vous, à travers son Fils Jésus, dans les moments difficiles. Il ne demande qu’à vous sauver !
main%2520aide%2520celeste1        3-jesus-is-god                   Jesus-lion-agneaugd
La Foi que vous porterez envers notre Seigneur Jésus-Christ est le seul et ultime rempart contre le Gouvernement Mondial
Prière
 Seigneur ,mon Dieu et Père je me rend compte et réalise que j’ai besoin de Toi…
Pardonne moi tous mes péchés ,par le Sang de Jésus; efface mes transgressions. Oui,Jésus, je regrette tous mes péchés et je T’invite à venir habiter dans mon cœur  et je t’accepte comme Mon seul Sauveur et Seigneur car :

Tu es le chemin, la vérité et la vie, et que nul ne va au Père que par Toi (seul). Jean 14,6. Merci Jésus, mon désir est que Ton Esprit m’inonde  afin de
me conduire dans les voies de Ta vérité et que Ta volonté se fasse en moi pour Toi Seigneur. Amen
Que Dieu vous garde de toutes ruses des hommes !FR2_3650,1ALAIN B., MARTHE L. (noms fictifs)Avertissez tous ceux que vous considérez comme amis ou frères par ce mail,même si vous pensez que c’est un bluff, faites-le pour les autres.Il est important que tous soient au courant de ce qui se manigance à notre insu mais surtout que tous sachent que la Bible demeure vrai, même à l’heure où beaucoup n’y croient plus…N’oubliez pas de le renvoyer à celui qui vous l’a envoyé juste pour qu’il sache que vous êtes son ami.Que Dieu vous fortifie et vous prépare pour le retour du
Seigneur Jésus-Christ.
  
 

MA RÉACTION:

Bonjour frère X,

Je vous remercie beaucoup pour cette information. En fait, j’ai lu et relu les mêmes avertissements depuis 1994, mais j’ai peur que nous sommes entrain de tomber dans le panneau du diable en propageant des paroles non consignées dans le livre sacré: La Bible. En effet, la Bible n’associe nulle part la marque de la Bête aux injections des puces. Il écrit: Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom (Apocalypse 13: 15-16).

Je crois qu’il faut nous souvenir que la Bible nous donne le choix  entre les deux marques: 

LA MARQUE DE LA BÊTE

La première marque qu’on peut associer à celle de la Bête apparaît dans le livre de la Genèse. Et l’Éternel mit un signe sur Caïn pour que quiconque le trouverait ne le tuât point (Genèse 4: 15). Il nous est donc conseillé de ne pas ressembler à Caïn, qui était du malin, et qui tua son frère (1Jean 3: 12). Ce signe que l’Éternel mit sur le front de Caïn était une marque qui résultait de sa résistance à la voix de Dieu, car il était averti en ces termes: Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi: mais toi, domine sur lui (Genèse 4: 7). Ce signe de désobéissance apparaît aussi dans le Nouveau Testament sous le nom de  » marque de flétrissure ». Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience (1Timothée 4: 1-2).  En fait c’est Une marque flétrissante, au lieu de beauté (Ésaïe 3: 24).C’est ce genre de marque qui est la marque de la bête, c’est pourquoi, il est écrit qu’  Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front (Apocalypse 13: 16).

Ici, le front symbolise l’intelligence, le cerveau, tout ce qui fait que l’être humain soit convaincu et prenne décision.  La main droite symbolise le travail et la prospérité. Et Dieu dit: Malheur au pasteur de néant, qui abandonne ses brebis! Que l’épée fonde sur son bras et sur son oeil droit! Que son bras se dessèche, Et que son oeil droit s’éteigne (Zacharie 11: 17) En fait, cette Bête est un homme, un pasteur, qui, lui-même, n’a pas d’intelligence, malgré son apparence brillante. En effet, La crainte de l’Éternel est le commencement de la science; Les insensés méprisent la sagesse et l’instruction (Proverbes 1: 7). La crainte de l’Éternel est le commencement de la sagesse; Tous ceux qui l’observent ont une raison saine. Sa gloire subsiste à jamais (Psaume 111: 10).

La Bible compare les hommes politiques qui ne placent pas leur confiance en Dieu aux bêtes qu’on égorge: L’homme qui est en honneur, et qui n’a pas d’intelligence, est semblable aux bêtes que l’on égorge (Psaume 49: 21). Je suis convaincu qu’il n’y a rien à craindre dans cette injection, mais il faut craindre le péché, si nous voulons rester dans l’ensemble du peuple de Dieu. Il est écrit: Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu? (Genèse 39: 9). Tous les hommes et les femmes qui ont servi le vrai Dieu, ont craint et craignent le péché contre l’Étenel, jusqu’aujourd’hui. Car quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi (1Jean 3: 4). C’est ainsi que les églises apostates se joindront aux campagnes contre les micropuces et les codes à barres (s’il y en a) et vous diront que dans telle ou telle région, la marque de la Bête a commencé… Mais c’est faux et archifaux…

La seule pensée qui anime ces églises est de détourner l’attention du peuple de Dieu, afin que nous ne connaissions pas que Dieu aussi a sa marque. Ce qui est étonnant, c’est que ces gens-là parlent beaucoup sur la marque de la Bête et ne disent rien sur la marque de Dieu. Moi et toi, nous sommes invités à connaître la marque de Dieu et à le laisser s’imprimer dans nos consciences, au lieu de laisser la marque de flétrissure ou la marque de la Bête nous envahir…

Dans votre message, j’ai lu: en cas de rupture de cette puce, le lithium qu’elle contient pourrait se répandre, en provoquant un purulent et douloureux ulcère.  Or, cette ulcère est un phénomème qui se reproduira sur ceux qui auront déjà la marque de la Bête (voir le verset biblique ci-après) et ceux qui auront adoré son image. Le premier alla, et il versa sa coupe sur la terre. Et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image (Apocalypse 16: 2). De nos jours, comme depuis le Moyen Âge, rien ne peut uniformiser le monde comme le dimanche issu des croyances païennes des Babylone,  le sunday, pour concurrencer le jour du Seigneur, le sabbat (the Lord’s day, the Lord’s Sabbath). Il est écrit: Si tu retiens ton pied pendant le sabbat, Pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour, Si tu fais du sabbat tes délices, Pour sanctifier l’Éternel en le glorifiant, Et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, En ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours, Alors tu mettras ton plaisir en l’Éternel (Ésaïe 58: 13-14). En fait c’est ce saint jour que l’apôtre Jean appela aussi le jour du Seigneur: Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur (Apocalypse 1: 10). La Bible est très cohérrente et s’explique par elle-même.  Vous comprendrez que plus nous approchons vers la fin de l’histoire de l’humanité, plus le choix devient de plus en plus évidente; L’obéissance`aux commandements de Dieu ou aux commandements des hommes. Tantôt, vous verrez que le mouvement dominical sera plus dur et le monde sera devant deux dernière choix: Le dimanche des hommes ou le sabbat de Dieu! On verra! 

LA MARQUE DE DIEU

La Bible nous propose une autre marque, la bonne. Fais une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui gémissent à cause de toutes les abominations qui s’y commettent (Ezéchiel 9: 4). Seuls les hommes qui soupirent et qui gémissent à cause des abominations qui se commettent dans la Jérusalem de Dieu (L’Église) et dans ce monde en général, pourront avoir cette marque. Celui qui ne sera pas marqué de cette marque de Dieu tombera sous le coup de l’ange extérminateur. Il est écrit: Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire ! Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison (Ezéchiel 9: 6). C’est cette marque que Jésus, lui-même porta dans sa conscience pour ne pas pécher comme nous.Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera ; car c’est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau (Jean 6: 27).

La Bible enseigne clairement que se sceau requiert une obéissance entière à la loi de Dieu, chose impossible pour nous. C’est pourquoi nous devons nous remettre à Jésus-Christ, car, Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ (Romains 8: 1). Par ailleurs, la Bible affirme aussi que l’obéissance requise implique la sanctification du sabbat de l’Éternel. Sanctifiez mes sabbats, et qu’ils soient entre moi et vous un signe auquel on connaisse que je suis l’Éternel, votre Dieu (Ezéchiel 20: 20).

Il est vrai que les Églises qui ont choisi de suivre le dimanche comme jour du Seigneur auront du mal à accepter que ces versets nous proposent un choix clair entre la marque de Dieu et la marque de la Bête. Mais, tôt ou tard, elle se rendront compte que la marque de la Bête n’est nulle autre que LA SANCTIFICATION DU DIMANCHE, et la marque de Dieu n’est aussi nulle autre que LA SANCTIFICATION DU SABBAT. Le dimanche est fondée sur des opinions humaines: La Bête, tandis que le sabbat est marque dans le Décalogue (Exode 20: 8-11).

Les puces et les codes à barres sont des trucs que Satan utilise pour masquer le vrai message.

Publié dans:Non classé |on 26 avril, 2011 |Pas de commentaires »

RESTE AVEC NOUS, CAR LE SOIR APPROCHE…

Lorsqu’ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin. Mais ils le pressèrent, en disant: Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux (Luc 24: 28-29).

          RESTE AVEC NOUS, CAR LE SOIR APPROCHE... 44qb6tgC’était le soir du premier jour de la semaine, le jour de la résurrection du Seigneur Jésus. stazione4Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades; et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé. Pendant qu’ils parlaient et discutaient, Jésus s’approcha, et fit route avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Il leur dit: De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes? L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit: Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci? - Quoi? leur dit-il. -Et ils lui répondirent: Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats l’on livré pour le faire condamner à mort et l’ont crucifié. Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées. Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés; s’étant rendues de grand matin au sépulcre et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leurs sont apparus et ont annoncé qu’il est vivant. Quelques-uns de ceux qui étaient navlet_joseph-les_saintes_femmes_au_tombeau_avec_le~300~10191_20091126_13981_52avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit; mais lui, ils ne l’ont point vu. Alors Jésus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire? Et, commençant Pequignot_LeSoir1800par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait. Lorsqu’ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin. Mais ils le pressèrent, en disant: Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux (Luc 24: 13-29).

Nous sommes toujours tentés de focaliser nos regards sur les problèmes ou les évènements douloureuz dans notre vie, et nous sommes de plus en plus emportés par les émotions jusqu’à ignorer même la voix de Dieu qui nous parle à travers tout ce qui nous arrive. woman-weepingDieu parle cependant, tantôt d’une manière, Tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde (Job 33: 14). Les disciples d’Emmaüs étaient emportés par le découragement, car ils étaient frappés par la méchanceté et la violence que les principaux sacrificateurs avaient manifestés à l’égard de Jésus, jusqu’à le faire mourir. Saisis de frayeur, ils ne se souvinrent pas que ce sont les Saintes Écritures qui se réalisèrent devant leurs yeux. Saviez-vous que les douleurs qui nous accablent dans ce monde ne sont pas nécessairement des malédictions? Il se peut que votre enfant peut même mourrir dans vos bras, alors que vous venez de prier pour que Dieu le guérisse, et même prié pour les mains des médecins qui le soignent. Peut-être vous avez essayé tout pour trouvé un emploi, mais vous ne réussissez jamais, alors que les gens qui ne font aucun cas de la parole de Dieu ont de bon postes dans le gouvernement ou dans des sociétés. Vous faites des projets comme les autres et vous échouez à la dernière minute, et vous commencez à vous culpabiliser, car vos espoirs s’évanouissent toujours comme la fumée… Voilà, nous sommes aussipatong6_wideweb__470x302,0 comme les disciples d’Emmaüs.

Ces disciples avaient lu et entendu ce qui est écrit dans la parole de Dieu, mais ils avaient des difficultés à croire que ce Jésus doux et miséricordieux qui performait dans les miracles pourrait se laisser arrêter et finir sa vie sur le bois de la croix. Quelques siècles avant, le prophète Jérémie avait été inspiré de Dieu  31H0hR1cLgL._SL500_AA266_PIkin3,BottomRight,-13,34_AA300_SH20_OU01_ et il écrivit ce qui allait arriver à ces deux disciples d’Emmaüs. Nous lisons: healing-jesus-230Celui qui nous faisait respirer, l’oint de l’Éternel, A été pris dans leurs fosses, Lui de qui nous disions: Nous vivrons sous son ombre parmi les nations (Lamentations de Jérémie 4: 20). Essayons de comparer cette parole à celle des disciples d’Emmaüs: Ils ont dit: Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées (Luc 24:  21).  Jésus, lui-même avait même expliqué à ses disciples les passages bibliques concernant sa mort, mais les émotions leur ont fait oublié tout. Un autre prophète avait écrit: Il nous rendra la vie dans deux jours; Le troisième jour il nous relèvera… (Osée 6: 2). Jésus avait pris le temps d’expliquer ces passages pour que les disciples ne soient pas scandalisés si cela se réalise sous leurs yeux.  J-confrontedJésus prit les douze auprès de lui, et leur dit: Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes au sujet du Fils de l’homme s’accomplira. Car il sera livré aux païens; on se moquera de lui, on l’outragera, on crachera sur lui, et, après l’avoir battu de verges, on le fera mourir; et le troisième jour il ressuscitera. Mais ils ne comprirent rien à cela; c’était pour eux un langage caché, des paroles dont ils ne saisissaient pas le sens. (Luc 18: 31-34). Et, lorsque les douze virent ce qui arriva pour Jésus, ils furent aussi saisi de découragement et ne se souvinrent pas de ces promesses. mariemadeleine-angeIls sont allés plus loin dans leur découragement, jusqu’à contester le témoignage des femmes qui avaient été au sépulcre… Celles qui dirent ces choses aux apôtres étaient Marie de Magdala, Jeanne, Marie, mère de Jacques, et les autres qui étaient avec elles. Ils tinrent ces discours pour des rêveries, et ils ne crurent pas ces femmes (Luc 24: 10-11). Vous voyez que les disciples d’Emmaüs avaient aussi entendu le témoignage des femmes et, eux aussi, n’y ont pas cru. A1795Ils ont dit: Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés; s’étant rendues de grand matin au sépulcre et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leurs sont apparus et ont annoncé qu’il est vivant. Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit; mais lui, ils ne l’ont point vu (Luc 24: 22-24). Le Seigneur  nous rappele que Bible%20ouverte%20(10)ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles (1Corinthiens 10: 11).

Lisons la parole de Dieu, et gardons-la dans notre coeur, quelle que soit la situation qui prévaut dans notre environnement. Si la foi nous manque dans des situations peu stressantes, elles nous manquera aussi dans les plus stressantes. Jésus dit: jesusenseigneVoici, je vous l’ai annoncé d’avance (Matthieu 24: 25).  Lorsque vous perdez un être cher, ou si vous voyez que vos espoirs s’effondrent comme un château de sable, ne perdez pas courage, mais demandez à Dieu quel message veut-il vous transmettre à travers ce triste évènement. enfant+mortLa plupart de temps, les moments douloureux qui nous attendent sont des occasions favorables que le Seigneur a prévues pour nous faire faire un pas de géant vers le royaume des cieux. Il est écrit:  c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu (Actes des Apôtres 14: 22).

Comme le Seigneur ressuscité a voulu accompagner les disciples découragés d’Emmaüs, il veut aussi nous accompagner, nous qui voyons des grands évènements de ces derniers temps et qui sommes lents à croire. Il nous dit:  O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire… ! (Luc 24: 25). Une autre chose qui est encourageante dans cette parole est que les disciples d’Emmaüs se sont rendus compte qu’ils ont rencontré un ami qui inspire de nouveaux espoirs, par sa connaissance des Saintes Écritures… Malheureusement, lorsqu’ils furent près du village où ils allaient, 20110226_art_libya_update_001il parut vouloir aller plus loin (Luc 24: 28). Si nous aussi, nous écoutons les promesses consignées dans la parole de Dieu, la Bible, et que nous continuons à fonder nos espoirs sur nos convictions, le Seigneur ira plus loin, peut-être pour chercher ceux qui croient facilement. Car, vous fatiguez l’Éternel par vos paroles, Et vous dites: En quoi l’avons-nous fatigué? (Malachie 2: 17). Et voici les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l’intelligence comprendront (Daniel 12: 10). Je vous souhaite cette compréhension, afin que vous vous rendiez compte que le soir approche et que le jour est sur son déclin (Luc 24: 28). Connaissons, cherchons à connaître l’Éternel; Sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore. Il viendra pour nous comme la pluie, coimbatore-rain-fallComme la pluie du printemps qui arrose la terre (Osée 6: 3).  Cette connaissance sera allumée en nous par le Seigneur, qui  vient marcher avec nous comme il l’a fait avec ceux d’Emmaüs. Il nous faut l’écouter et le supplier de rester avec nous dans cette nuit de péché. En fait, c’est l’heure de vous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. La nuit est avancée, le jour approche. Dépouillons-nous donc des oeuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière. Marchons honnêtement, comme en plein jour, loin des excès et de l’ivrognerie, de la luxure et de l’impudicité, des querelles et des jalousies. Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ, et n’ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises (Romains 13: 11-14).

Que le Seigneur ressuscité nous accompagne tous. Amen.

Publié dans:Non classé |on 24 avril, 2011 |Pas de commentaires »

EN CETTE FIN DE SEMAINE SAINTE, LAISSONS-NOUS CONVAINCRE PAR LA VÉRITÉ ET NON LA DOCTRINE HUMAINE

 L’Évangile de Jésus-Christ nous ramène à la semaine primitive, lorsque Dieu créa l’univers en  six jours.

 La fête des pains sans levain, appelée la Pâque, approchait (Luc 22: 1). Cette fête durait 7 jours. En effet, nous lisons: EN CETTE FIN DE SEMAINE SAINTE, LAISSONS-NOUS CONVAINCRE PAR LA VÉRITÉ ET NON LA DOCTRINE HUMAINE passoverLe premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l’Éternel.  Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l’honneur de l’Éternel; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain.  Le premier jour, vous aurez une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile.  Vous offrirez à l’Éternel, pendant sept jours, des sacrifices consumés par le feu. Le septième jour, il y aura une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile (Lévitique 23: 5-8).

Cette semaine où Jésus mourut, les 7 jours de fêtes commencèrent exactement au premier jour de la semaine, qui correspond au premier jour de la Genèse  Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut.  Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.  Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour (Genèse 1: 3-5).

 Comment puis-je être sûr que la semaine de la passion de notre Seigneur Jésus-Christ à commencé le premier jour?_ C’est facile à comprendre, car le jour de sa mort, c’était le jour de la préparation, et le sabbat allait commencer. Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. SimonVouetLaMise_tombeau_gdPuis elles se reposèrent le jour du sabbat, selon la loi (Luc 23: 54-56).

Alors, quel est le jour de la Préparation selon la parole de Dieu? Nous lisons: Demain est le jour du repos, le sabbat consacré à l’Éternel; faites cuire ce que vous avez à faire cuire, faites bouillir ce que vous avez à faire bouillir, et mettez en réserve jusqu’au matin tout ce qui restera.  Ils le laissèrent jusqu’au matin, comme Moïse l’avait ordonné; et cela ne devint point infect, et il ne s’y mit point de vers. Moïse dit: Mangez-le aujourd’hui, car c’est le jour du sabbat; aujourd’hui vous n’en trouverez point dans la campagne.  Pendant six jours vous en ramasserez;23838524 mais le septième jour, qui est le sabbat, il n’y en aura point (Exode 16: 23-26. Puisque le sabbat est mentionné comme le septième jour (notre samedi) dans l’Ancien et le Nouveau Testament, il est clair que la préparation se fait au sixième jour (notre vendredi).

D’ailleurs, le jour de l’Institution de la Sainte Cène fut le soir du cinquième de la semaine (notre jeudi), la crucifixion eut lieu au sixième jour (notre vendredi), et le repos du sabbat (samedi) fut observé pendant que son corps fut au tombeau.

Le premier jour de la semaine (dimanche matin), elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée de devant le sépulcre; et, étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Comme elles ne savaient que penser de cela, voici, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants.resurrection-of-jesus-christ Saisies de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre; mais ils leur dirent: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant? Il n’est point ici, mais il est ressuscité (Luc 24: 1-6).

Veuillez prendre note que le premier jour de la résurrection, le dimanche, correspond au premier jour du travail selon la semaine primitive lors de la création de l’univers. L’évangéliste Marc précise aussi que Jésus ressuscita le premier jour: Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d’abord à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons (Marc 16: 9).

Si je vous transmets cette information pendant ces jours de Pâques, c’est dans le but de vous informer que le dimanche n’a jamais été le jour du repos selon Dieu. C’EST UNE ATTEINTE CONTRE LA LOI DE DIEU, FAITE PAR LE MALIN, EN PASSANT PAR LES FAUX DOCTEURS.

En réalité, la sainteté du dimanche n’est basée sur autre chose que les opinions des chefs religieux. Le jour saint, selon l’Éternel, reste le sabbat, le septième jour, samedi. Il est écrit: Si tu retiens ton pied pendant le sabbat, pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour, Si tu fais du sabbat tes délices, Pour sanctifier l’Éternel en le glorifiant, mormon-church-meeting2Et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, En ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours, Alors tu mettras ton plaisir en l’Éternel (Esaïe 58: 13-14). C’est en ce jour que l’apôtre Jean reçut la révélation que nous appelons communément l’Apocalypse. Il dit: Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette (Apocalypse 1: 10). Toute l’Église primitive l’observait, Jésus aussi (Luc 4: 16, 23: 56, Actes 16: 13-15, etc)

Alors, sans se cacher dans le mentau de la religion, il faut garder le sabbat de l’Éternel plutôt que garder le dimanche qui n’est qu’une opinion humaine: Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Actes 5: 29).

Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre (Colossiens 3: 1-3) Ne vous y trompez pas, nos religions font partie des choses qui sont sur la terre dont nous devons nous débarasser. Une église qui falsifie la loi de Dieu pour satisfaire ses opinions est pire et dangereux que le paganisme.mormon-church-meeting3-240x300 Celui qui dit: Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui (1Jean 2: 4).

Que Dieu vous bénisse tous!

Publié dans:Non classé |on 22 avril, 2011 |Pas de commentaires »

LA PAROLE DE DIEU POUR CE DIMANCHE LE 17 AVRIL 2011

Ésaïe 50: 4-7.

Le Seigneur, l’Éternel, m’a donné une langue exercée, Pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu; Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, Pour que j’écoute comme écoutent des disciples. Le Seigneur, l’Éternel, m’a ouvert l’oreille, Et je n’ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière. J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, Et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe; Je n’ai pas dérobé mon visage Aux ignominies et aux crachats. Mais le Seigneur, l’Éternel, m’a secouru; C’est pourquoi je n’ai point été déshonoré, C’est pourquoi j’ai rendu mon visage semblable à un caillou, Sachant que je ne serais point confondu.

Psaume 22(21),8-9.17-18.19-20.23-24.

Tous ceux qui me voient me bafouent, ils ricanent et hochent la tête : « Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre ! Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! » Oui, des chiens me cernent, une bande de vauriens m’entoure. Ils me percent les mains et les pieds ; je peux compter tous mes os. Ces gens me voient, ils me regardent.

Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement. Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin : ô ma force, viens vite à mon aide ! Et je proclame ton nom devant mes frères, je te loue en pleine assemblée. Vous qui le craignez, louez le Seigneur, glorifiez-le, vous tous, descendants de Jacob, vous tous, redoutez-le, descendants d’Israël.

Épitre de Paul Apôtre aux Philippiens 2,6-11.

Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Évangile de Jésus-Christ selon  Matthieu 26,14-75.27,1-66.

L’un des douze Apôtres de Jésus, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposèrent trente pièces d’argent. Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : ’Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples. ’ » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il leur déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. »

Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, l’un après l’autre : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Il leur répondit : « Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux l’homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi qui l’as dit ! » Pendant le repas, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le donna à ses disciples, en disant : « Prenez, mangez : ceci est mon corps. » Puis, prenant une coupe et rendant grâce, il la leur donna, en disant : « Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, répandu pour la multitude en rémission des péchés. Je vous le dis : désormais je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où je boirai un vin nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. » Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

Alors Jésus leur dit : « Cette nuit, je serai pour vous tous une occasion de chute ; car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. Mais après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée. » Pierre lui dit : « Si tous viennent à tomber à cause de toi, moi, je ne tomberai jamais. » Jésus reprit : « Amen, je te le dis : cette nuit même, avant que le coq chante, tu m’auras renié trois fois. » Pierre lui dit : « Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas. » Et tous les disciples en dirent autant. Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani et leur dit : « Restez ici, pendant que je m’en vais là-bas pour prier. » Il emmena Pierre, ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée, et il commença à ressentir tristesse et angoisse. Il leur dit alors : « Mon âme est triste à en mourir. Demeurez ici et veillez avec moi. » Il s’écarta un peu et tomba la face contre terre, en faisant cette prière : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux. » Puis il revient vers ses disciples et les trouve endormis ; il dit à Pierre : « Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller une heure avec moi ? Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. » Il retourna prier une deuxième fois : « Mon Père, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! » Revenu près des disciples, il les trouva endormis, car leurs yeux étaient lourds de sommeil. Il les laissa et retourna prier pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles.

Alors il revient vers les disciples et leur dit : « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer ! La voici toute proche, l’heure où le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs ! Levez-vous ! Allons ! Le voici tout proche, celui qui me livre. » Jésus parlait encore, lorsque Judas, l’un des Douze, arriva, avec une grande foule armée d’épées et de bâtons, envoyée par les chefs des prêtres et les anciens du peuple. Le traître leur avait donné un signe : « Celui que j’embrasserai, c’est lui : arrêtez-le. » Aussitôt, s’approchant de Jésus, il lui dit : « Salut, Rabbi ! », et il l’embrassa. Jésus lui dit : « Mon ami, fais ta besogne. » Alors ils s’avancèrent, mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent. Un de ceux qui étaient avec Jésus, portant la main à son épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre et lui trancha l’oreille. Jésus lui dit : « Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. Crois-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père, qui mettrait aussitôt à ma disposition plus de douze légions d’anges ? Mais alors, comment s’accompliraient les Écritures ? D’après elles, c’est ainsi que tout doit se passer. »

A ce moment-là, Jésus dit aux foules : « Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus m’arrêter avec des épées et des bâtons ? Chaque jour, j’étais assis dans le Temple où j’enseignais, et vous ne m’avez pas arrêté. Mais tout cela est arrivé pour que s’accomplissent les écrits des prophètes. » Alors les disciples l’abandonnèrent tous et s’enfuirent. Ceux qui avaient arrêté Jésus l’amenèrent devant Caïphe, le grand prêtre, chez qui s’étaient réunis les scribes et les anciens. Quant à Pierre, il le suivait de loin, jusqu’au palais du grand prêtre ; il entra dans la cour et s’assit avec les serviteurs pour voir comment cela finirait. Les chefs des prêtres et tout le grand conseil cherchaient un faux témoignage contre Jésus pour le faire condamner à mort. Ils n’en trouvèrent pas ; pourtant beaucoup de faux témoins s’étaient présentés. Finalement il s’en présenta deux, qui déclarèrent : « Cet homme a dit : ’Je peux détruire le Temple de Dieu et, en trois jours, le rebâtir. ’ » Alors le grand prêtre se leva et lui dit : « Tu ne réponds rien à tous ces témoignages portés contre toi ? » Mais Jésus gardait le silence. Le grand prêtre lui dit : « Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Messie, le Fils de Dieu. »

Jésus lui répond : « C’est toi qui l’as dit ; mais en tout cas, je vous le déclare : désormais vous verrez le Fils de l’homme siéger à la droite du Tout-Puissant et venir sur les nuées du ciel. » Alors le grand prêtre déchira ses vêtements, en disant : « Il a blasphémé ! Pourquoi nous faut-il encore des témoins ? Vous venez d’entendre le blasphème ! Quel est votre avis ? » Ils répondirent : « Il mérite la mort. » Alors ils lui crachèrent au visage et le rouèrent de coups ; d’autres le giflèrent en disant : « Fais-nous le prophète, Messie ! qui est-ce qui t’a frappé ? »

Quant à Pierre, il était assis dehors dans la cour. Une servante s’approcha de lui : « Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen ! » Mais il nia devant tout le monde : « Je ne sais pas ce que tu veux dire. » Comme il se retirait vers le portail, une autre le vit et dit aux gens qui étaient là : « Celui-ci était avec Jésus de Nazareth. » De nouveau, Pierre le nia : « Je jure que je ne connais pas cet homme. » Peu après, ceux qui se tenaient là s’approchèrent de Pierre : « Sûrement, toi aussi, tu fais partie de ces gens-là ; d’ailleurs ton accent te trahit. » Alors, il se mit à protester violemment et à jurer : « Je ne connais pas cet homme. » Aussitôt un coq chanta. Et Pierre se rappela ce que Jésus lui avait dit : « Avant que le coq chante, tu m’auras renié trois fois. » Il sortit et pleura amèrement.

Le matin venu, tous les chefs des prêtres et les anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus pour le faire condamner à mort. Après l’avoir ligoté, ils l’emmenèrent pour le livrer à Pilate, le gouverneur. Alors Judas, le traître, fut pris de remords en le voyant condamné ; il rapporta les trente pièces d’argent aux chefs des prêtres et aux anciens. Il leur dit : « J’ai péché en livrant à la mort un innocent. » Ils répliquèrent : « Qu’est-ce que cela nous fait ? Cela te regarde ! » Jetant alors les pièces d’argent dans le Temple, il se retira et alla se pendre. Les chefs des prêtres ramassèrent l’argent et se dirent : « Il n’est pas permis de le verser dans le trésor, puisque c’est le prix du sang. » Après avoir tenu conseil, ils achetèrent avec cette somme le Champ-du-Potier pour y enterrer les étrangers. Voilà pourquoi ce champ a été appelé jusqu’à ce jour le Champ-du-Sang. Alors s’est accomplie la parole transmise par le prophète Jérémie : Ils prirent les trente pièces d’argent, le prix de celui qui fut mis à prix par les enfants d’Israël, et ils les donnèrent pour le champ du potier, comme le Seigneur me l’avait ordonné.

On fit comparaître Jésus devant Pilate, le gouverneur, qui l’interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus déclara : « C’est toi qui le dis. » Mais, tandis que les chefs des prêtres et les anciens l’accusaient, il ne répondit rien. Alors Pilate lui dit : « Tu n’entends pas tous les témoignages portés contre toi ? » Mais Jésus ne lui répondit plus un mot, si bien que le gouverneur était très étonné. Or, à chaque fête, celui-ci avait coutume de relâcher un prisonnier, celui que la foule demandait. Il y avait alors un prisonnier bien connu, nommé Barabbas. La foule s’étant donc rassemblée, Pilate leur dit : « Qui voulez-vous que je vous relâche : Barabbas ? ou Jésus qu’on appelle le Messie ? » Il savait en effet que c’était par jalousie qu’on l’avait livré. Tandis qu’il siégeait au tribunal, sa femme lui fit dire : « Ne te mêle pas de l’affaire de ce juste, car aujourd’hui j’ai beaucoup souffert en songe à cause de lui. »

Les chefs des prêtres et les anciens poussèrent les foules à réclamer Barabbas et à faire périr Jésus. Le gouverneur reprit : « Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche ? » Ils répondirent : « Barabbas ! » Il reprit : « Que ferai-je donc de Jésus, celui qu’on appelle le Messie ? » Ils répondirent tous : « Qu’on le crucifie ! » Il poursuivit : « Quel mal a-t-il donc fait ? » Ils criaient encore plus fort : « Qu’on le crucifie ! » Pilate vit que ses efforts ne servaient à rien, sinon à augmenter le désordre ; alors il prit de l’eau et se lava les mains devant la foule, en disant : « Je ne suis pas responsable du sang de cet homme : cela vous regarde ! » Tout le peuple répondit : « Son sang, qu’il soit sur nous et sur nos enfants ! » Il leur relâcha donc Barabbas ; quant à Jésus, il le fit flageller, et le leur livra pour qu’il soit crucifié.

Alors les soldats du gouverneur emmenèrent Jésus dans le prétoire et rassemblèrent autour de lui toute la garde. Ils lui enlevèrent ses vêtements et le couvrirent d’un manteau rouge. Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne, et la posèrent sur sa tête ; ils lui mirent un roseau dans la main droite et, pour se moquer de lui, ils s’agenouillaient en lui disant : « Salut, roi des Juifs ! » Et, crachant sur lui, ils prirent le roseau, et ils le frappaient à la tête. Quand ils se furent bien moqués de lui, ils lui enlevèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l’emmenèrent pour le crucifier. En sortant, ils trouvèrent un nommé Simon, originaire de Cyrène, et ils le réquisitionnèrent pour porter la croix. Arrivés à l’endroit appelé Golgotha, c’est-à-dire : Lieu-du-Crâne, ou Calvaire, ils donnèrent à boire à Jésus du vin mêlé de fiel ; il en goûta, mais ne voulut pas boire.

Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort ; et ils restaient là, assis, à le garder. Au-dessus de sa tête on inscrivit le motif de sa condamnation : « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. » En même temps, on crucifie avec lui deux bandits, l’un à droite et l’autre à gauche. Les passants l’injuriaient en hochant la tête : « Toi qui détruis le Temple et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu, et descends de la croix ! » De même, les chefs des prêtres se moquaient de lui avec les scribes et les anciens, en disant : « Il en a sauvé d’autres, et il ne peut pas se sauver lui-même ! C’est le roi d’Israël : qu’il descende maintenant de la croix et nous croirons en lui ! Il a mis sa confiance en Dieu ; que Dieu le délivre maintenant s’il l’aime ! Car il a dit : ’Je suis Fils de Dieu. ’ » Les bandits crucifiés avec lui l’insultaient de la même manière. A partir de midi, l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à trois heures. Vers trois heures, Jésus cria d’une voix forte : « Éli, Éli, lama sabactani ? », ce qui veut dire : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Quelques-uns de ceux qui étaient là disaient en l’entendant : « Le voilà qui appelle le prophète Élie ! »

Aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge qu’il trempa dans une boisson vinaigrée ; il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire. Les autres dirent : « Attends ! nous verrons bien si Élie va venir le sauver. »

Mais Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l’esprit.

Et voici que le rideau du Temple se déchira en deux, du haut en bas ; la terre trembla et les rochers se fendirent. Les tombeaux s’ouvrirent ; les corps de nombreux saints qui étaient morts ressuscitèrent, et, sortant des tombeaux après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte, et se montrèrent à un grand nombre de gens. A la vue du tremblement de terre et de tous ces événements, le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus, furent saisis d’une grande crainte et dirent : « Vraiment, celui-ci était le Fils de Dieu ! » Il y avait là plusieurs femmes qui regardaient à distance : elles avaient suivi Jésus depuis la Galilée pour le servir. Parmi elles se trouvaient Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. Le soir venu, arriva un homme riche, originaire d’Arimathie, qui s’appelait Joseph, et qui était devenu lui aussi disciple de Jésus. Il alla trouver Pilate pour demander le corps de Jésus. Alors Pilate ordonna de le lui remettre. Prenant le corps, Joseph l’enveloppa dans un linceul neuf, et le déposa dans le tombeau qu’il venait de se faire tailler dans le roc. Puis il roula une grande pierre à l’entrée du tombeau et s’en alla. Cependant Marie Madeleine et l’autre Marie étaient là, assises en face du tombeau.

Quand la journée des préparatifs de la fête fut achevée, les chefs des prêtres et les pharisiens s’assemblèrent chez Pilate, en disant : « Seigneur, nous nous sommes rappelé que cet imposteur a dit, de son vivant : ’Trois jours après, je ressusciterai. ’ Donne donc l’ordre que le tombeau soit étroitement surveillé jusqu’au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent voler le corps et ne disent au peuple : ’Il est ressuscité d’entre les morts. ’ Cette dernière imposture serait pire que la première. » Pilate leur déclara : « Je vous donne une garde ; allez, organisez la surveillance comme vous l’entendez. » Ils partirent donc et assurèrent la surveillance du tombeau en mettant les scellés sur la pierre et en y plaçant la garde.

Publié dans:Non classé |on 15 avril, 2011 |1 Commentaire »

ÉTUDE DU LIVRE DE L’APOCALYPSE 1: 9-20

Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j’étais dans l’île appelée Patmos, ÉTUDE DU LIVRE DE L'APOCALYPSE 1: 9-20 fut-007à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette, qui disait: Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Églises, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée. Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. jesus-sept-chandeliers1Et, après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or, et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux étaient comme une flamme de feu; ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force. Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant: resurrection-of-jesus-christNe crains point! Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts. Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles, le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises.

L’apôtre Jean nous rappelle que chaque disciple de Jésus doit être prêt de prendre part à la tribulation et au royaume, et à la persévérance en Jésus-Christ. Ce message est véhiculé tout au long du livre de l’Apocalypse. Il est mis en évidence au verset 12 du chapitre 14 de ce livre en ces termes: comnd5C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. C’est à cause de cette persévérance aux commandements de Dieu et la foi en Jésus, que les premiers disciples du Christ furent persécutés. Ainsi Pierre déclara devant les ennemis de la croix: Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu; car nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu (Actes 4: 19-20).

L’apôtre Jean nous décrit le lieu, où il eut sa révélation que nous appelons l’Apocalypse en ces termes: j’étais dans l’île appelée Patmos (Apocalypse 1: 9). Et, pourquoi était-il à cette île solitaire? Il répond: à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus (Apocalypse 1: 9). patmos-islandL’Apôtre était jeté dans ce lieu désert où ses ennemis croyaient qu’il mourra de solitude. Ils ne voulaient pas l’entendre prêcher car ils les blessait dans leur orgueil. Alors, Jésus vint le visiter aujour du Seigneur et lui révéla les trésors immenses qui attendent le peuple de Dieu qui persévérera jusqu’au bout. Cette visite de Jésus est conforme à ce qui est écrit par le prophète Ésaïe: Si tu retiens ton pied pendant le sabbat, Pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour, Si tu fais du sabbat tes délices, Pour sanctifier l’Éternel en le glorifiant, Et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, En ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours, Alors tu mettras ton plaisir en l’Éternel, Et je te ferai monter sur les hauteurs du pays, Je te ferai jouir de l’héritage de Jacob, ton père; Car la bouche de l’Éternel a parlé (Ésaïe 58: 13-14). calendrier-2011Même si la tradition populaire fait du dimanche le jour du Seigneur, nous ne pouvons pas affirmer avec un clair et précis:  »AINSI PARLE L’ÉTERNEL », que Jésus aurait visité l’apôtre Jean le dimanche. Ce serait trahir la foi que nous avons dans les Saintes Écritures. La Bible mentionne à maintes reprises que le jour du Seigneur est le septième de la semaine, celui qui correspond à notre samedi. Ainsi l’Évangile de Luc met la fin de semaine de la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ en bon ordre chronologique, pour nous montrer que le jour du Seigneur reste le septième. Il y avait un conseiller, nommé Joseph, homme bon et juste, qui n’avait point participé à la décision et aux actes des autres; il était d’Arimathée, ville des Juifs, et il attendait le royaume de Dieu. crucifixionCet homme se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus. Il le descendit de la croix, l’enveloppa d’un linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n’avait encore été mis. C’était le jour de la préparation (vendredi), et le sabbat allait commencer(vendredi au coucher du soleil) Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat(samedi), selon la loi.

Le premier jour de la semaine(dimanche matin), elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée de devant le sépulcre; et, étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. les_femmes_au_tombeau_baciccioComme elles ne savaient que penser de cela, voici, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants. Saisies de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre; mais ils leur dirent: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant? Il n’est point ici, mais il est ressuscité (Luc 23: 50-24: 6).  

Comme nous n’avons aucune preuve biblique qui nous convainc que Dieu aurait transferé la sainteté du 7ème jour (samedi). au premier jour de la semaine (dimanche), nous ne faisons que nous courber devant la parole du Très-Haut, donc, la révélation que nous appelons l’Apocalypse eut lieu le Jour du Seigneur: Le Sabbat (voir Genèse 2: 1-3, Exode 20: 8-12; Ezéchiel 20: 20, Jérémie 17: 21-22, Luc 4: 16, Actes 16: 13-15, Hébreux 4: 9, etc.

Nous n’étudierons pas les détails sur l’image de Jésus dans cette étude, car nous y reviendrons sur chaque étude se rapportant à chacune des sept Églises. Par ailleurs, il faut retenir que514e7d10 Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises (Apocalypse 1: 20). Ces sept Églises d’Asie: Éphèse, Smyrne,  Pergame,  Thyatire, Sardes,  Philadelphie, et Laodicée étaient des Assemblées locales qui se tenaient dans ces villes.  Leurs positions géographiques, leurs caractères selon la description que Jésus donnera à chacune d’elles, toutes les appréciations ou les reprimandes que Jésus va attribuer à chacune,  auront une portée plus étendue sur toute l’histoire de l’Église du Christ, jusqu’à son retour. Par exemple: L’Église d’Éphèse était la première sur la route qui parcourait l’Asie mineure et Laodicée était au bout du cette route. Après Laodicée, la route se divisait en deux bretelles, l’une qui montait vers les collines et l’autre qui descendait vers la vallée. Et voilà que Éphèse signifie la chose la plus précieuse, c’est ce que fut l’Église primitive aux yeux du Seigneur. Laodicée signifie: Jugement des peuples. Et l’apôtre Pierre prophétisa sur l’Église actuelle: Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu? (1Pierre 4: 17). Comme la route se divisait en deux bretelles, l’une qui monte et l’autre qui descend, Jésus aussi décrit la fin de l’histoire du combat de l’Église en ces termes:  444_jesus_teaching_disciplesEt ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle (Matthieu 25: 46).

C’était l’avant-goût de notre étude sur le livre de l’Apocalypse, surveillez votre site et vous verrez comment le Seigneur nous révèle de grandes choses en passant par de petites choses! Aunom de Jésus. Amen .

 

Publié dans:Non classé |on 14 avril, 2011 |Pas de commentaires »

THOMAS, UN DISCIPLE MAL COMPRIS…

EST-IL VRAI QUE THOMAS ÉTAIT INCRÉDULE PLUS QUE LES AUTRES DISCIPLES?

Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Saisis de frayeur et d’épouvante, ils croyaient voir un esprit. Mais il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans vos coeurs? Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi; touchez-moi et voyez: un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Comme, dans leur joie, ils ne croyaient point encore, et qu’ils étaient dans l’étonnement, il leur dit: Avez-vous ici quelque chose à manger? Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. Il en prit, et il mangea devant eux (Luc 24: 36-43). THOMAS, UN DISCIPLE MAL COMPRIS… sucaravaggiotomas

La croyance traditionnelle a fait de Thomas un homme de foi faible jusqu’à le qualifier d’incrédule. Oui, on entend souvent parler de Thomas l’incrédule! Mais, que dit la Bible à propos de Thomas? Tout d’abord, les Saintes Écritures lui accordent une note de bravoure, car lorsque Jésus se présenta au milieu des disciples après la résurrection, Thomas n’était même pas caché avec les autres. Ainsi, nous lisons: Thomas, appelé Didyme, l’un des douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint (Jean 20: 24). Il fallait extrêmement du courage pour quitter le groupe des douze car les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs (Jean 20: 19). Ils croyaient qu’ils seront arrêtés et crucifiés à leur tour comme leur Maître.

 Lorsque Jésus se présenta lui-même, ils étaient tous découragés.Saisis de frayeur et d’épouvante, ils croyaient voir un esprit. Mais il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans vos coeurs? Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi; touchez-moi et voyez: un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai (Luc 24: 36-39). Lorsque Jésus les invita à toucher son corps et le regarder, ils ne croyaient point encore (Luc 24: 41). C’est ainsi que Jésus leur donna une seconde preuve: il leur dit: Avez-vous ici quelque chose à manger? Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. Il en prit, et il mangea devant eux (Luc 24: 41-43).

Thomas n’a pas exigé plus que les autres disciples. Eux, ils ont touché, ils n’ont pas cru, jusqu’à ce que Jésus leurs donne la deuxième preuve: manger le poisson devant eux. N’étaient-ils pas devenus en quelques sortes comme Pharaon? Il est écrit sur Pharaon et les Égyptiens: S’ils ne te croient pas, dit l’Éternel, et n’écoutent pas la voix du premier signe, ils croiront à la voix du dernier signe (Exode 4: 8). Quant à Thomas, il avait dit: Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point (Jean 20: 25). Et huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, et dit: La paix soit avec vous! Puis il dit à Thomas: Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté; et ne sois pas incrédule, mais crois. Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu! Jésus lui dit: Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru! (Jean 20: 26-29). Jésus apprécia la foi de Thomas. Après que Thomas eût la preuve que le Seigneur est vivant, il n’a pas tardé une seconde à se jeter sur ses pieds. Ce fut le contraire avec les autres disciples. Eux ils ont douté, jusqu’à ce que Jésus recourut à un deuxième signe. Les autres ont vu et ont été lents à croire, comme ce fut le cas aussi avec les disciples d’Émaüs, le soir du jour de la résurrection. Voici le réprimande que Jésus leur adressa: O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire? (Luc 24: 25-26).

Quand à l’unique Thomas, il dit: Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru! (Jean 20: 29).

Mes chers frères, mes chères soeurs, notre foi n’est pas plus solide que celui de Thomas, au contraire, nous nous identifions beaucoup aux autres disciples. Combien de fois le Seigneur nous a donnés des preuves qu’il est le Seigneur et le Défenseur de notre vie? Pourtant nous avons toujours peur de l’avenir, nous investissons nos talents et notre temps dans d’autres soit-disant assurances et sécurités qui nous font oublier que notre Rédempteur est vivant!

Les disciples se croyaient en sécurité car les portes étaient fermées, sans oublier que l’ennemi pourrait défoncer cette porter ou la brûler, pendant qu’ils s’enfermaient là-dedans! Mais le Seigneur des seigneurs, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! (Luc 24: 36).

Il  se présente aussi à toi en ce moment malgré tes préoccupations, tes inquiétudes et tes agitations. Il te dit: LA PAIX SOIT AVEC TOI! Veux-tu l’accepter et faire de lui le Seigneur de ta vie, sans hésiter comme Thomas? Oh! Si en ce moment, tu dirais:   MON SEIGNEUR EST MON DIEU!

Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes (Psaume 91: 4). Amen 

Publié dans:Non classé |on 12 avril, 2011 |Pas de commentaires »

LA PAROLE DE DIEU POUR CE DIMANCHE, LE 03 AVRIL 2011

MARCHONS DANS LA LUMIÈRE DE L’ÉTERNEL (Ésaïe 2: 5). 

L’Éternel dit à Samuel: Quand cesseras-tu de pleurer sur Saül? Je l’ai rejeté, afin qu’il ne règne plus sur Israël. Remplis ta corne d’huile, et va; je t’enverrai chez Isaï, Bethléhémite, car j’ai vu parmi ses fils celui que je désire pour roi. Lorsqu’ils entrèrent, il se dit, en voyant Éliab: Certainement, l’oint de l’Éternel est ici devant lui. Et l’Éternel dit à Samuel: Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l’ai rejeté. L’Éternel ne considère pas ce que l’homme considère; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde au coeur. Isaï fit passer ses sept fils devant Samuel; et Samuel dit à Isaï: L’Éternel n’a choisi aucun d’eux. Puis Samuel dit à Isaï: Sont-ce là tous tes fils? Et il répondit: Il reste encore le plus jeune, mais il fait paître les brebis. Alors Samuel dit à Isaï: Envoie-le chercher, car nous ne nous placerons pas avant qu’il ne soit venu ici. Isaï l’envoya chercher. Or il était blond, avec de beaux yeux et une belle figure. L’Éternel dit à Samuel: Lève-toi, oins-le, car c’est lui! Samuel prit la corne d’huile, et l’oignit au milieu de ses frères. L’esprit de l’Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite. Samuel se leva, et s’en alla à Rama (1Samuel 16: 1; 6-7; 10-13) 

Nous avons tendance à dire que les prophètes ne se trompent pas, mais l’apôtre Paul dit que: Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes (1Corinthiens 14: 32). Ceci montre qu’un prophète peut être corrigé ou manipulé. Il faut qu’il reste contamment sous la direction de l’Éternel . Au fait, c’est cela qui eat arrivé à Samuel. Dans sa vision humaine, il voulait c0nsacrer les fils de Jesse selon leurs apparences. La parole de l’Éternel qui s’adresse à nous aussi lorsque nous votons pour nos dirigeants, soit en matière religieuse, politique ou sociale est: Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille… L’Éternel ne considère pas ce que l’homme considère; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde au coeur (1Samuel 16: 7). Combien des fois avons-nous confié des responsabilités aux personnes incompétentes et dépourvues des dons du Saint-Esprit en nous basant sur des apparences et des raisons non fondées?

Maintenant que nous connaissons le Seigneur, nous devons agir en peuple responsable, tout en sachant que nous subirons les conséquences de notre négligence ou fanatisme. Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière! Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. Examinez ce qui est agréable au Seigneur; et ne prenez point part aux oeuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. Car il est honteux de dire ce qu’ils font en secret; mais tout ce qui est condamné est manifesté par la lumière, car tout ce qui est manifesté est lumière. C’est pour cela qu’il est dit: Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d’entre les morts, Et Christ t’éclairera (Ephésiens 5: 8-14). En aucun cas, nous devrions nous confier dans la personne de quelqu’un ou quelqu’une, surtout lorsqu’il s’agit des questions concernant nos intérêts éternels. Nous ne savons pas ce que sont ces gens dans leurs vies privées. Il faut marcher examiner toujours  ce qui est agréable au Seigneur.

Marchons dans la lumière, même si,  spirituellement, nous sommes aveugles de naissance, Christ est notre lumière aujourd’hui! Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui firent cette question: Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle? Jésus répondit: Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c’est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui. Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les oeuvres de celui qui m’a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde (Jean 1: 1-3). Nous sommes prêts à tirer des conclusions, à condamner les autres et à nous condamner nous-mêmes. Si les malheurs nous frappent dans notre famille, dans notre quartier, dans notre région ou dans notre pays, ceci ne dit pas nécessairement qu’il y a eu des péchés graves commis dans la société. En principe, C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies; L’Éternel fait justice, Il fait droit à tous les opprimés. L’Éternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et riche en bonté; Il ne conteste pas sans cesse, Il ne garde pas sa colère à toujours; Il ne nous traite pas selon nos péchés, Il ne nous punit pas selon nos iniquités. Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent; Autant l’orient est éloigné de l’occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions. Comme un père a compassion de ses enfants, L’Éternel a compassion de ceux qui le craignent. Car il sait de quoi nous sommes formés, Il se souvient que nous sommes poussière. (Psaume 103: 3-4, 6, 8-14). Dieu est amour (1Jean 4: 16). Les humains ont essayé même de donner une autre image à sa loi, comme si elle révèle son caractère de tyran. Non, Dieu est juste et bon. À nous qui sommes sauvés par sa grâce en Jésus-Christ, il dit: Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté, car le jugement est sans miséricorde pour qui n’a pas fait miséricorde. La miséricorde triomphe du jugement (Jacques 2: 12-13).

Lorque les pharisiens ont vu que l’aveugle voit clairement, ils ont essayé de le décourager et de détourner la foule de son attention aux oeuvres de Jésus-Christ. Ils s’appuyèrent sur le légalisme en ces termes: Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n’observe pas le sabbat (Jean 9: 16). Voilà ce que font certaines Églises évangéliques, tout en se rangeant du côté des ennemis de Christ, ils affirment que Christ a violé lui-même le sabbat, car ils guérissait les malades et ouvrait les yeux des aveugles.

Chers frères et soeurs, rien dans les Écritures ne nous dit qu’il ne faut pas sauver la vie humaine le jour du sabbat. Cette loi de rigidité venaiit des pharisiens eux-mêmes. En effet, la parole de Dieu dit: Si tu donnes ta propre subsistance à celui qui a faim, Si tu rassasies l’âme indigente, Ta lumière se lèvera sur l’obscurité, Et tes ténèbres seront comme le midi. L’Éternel sera toujours ton guide, Il rassasiera ton âme dans les lieux arides, Et il redonnera de la vigueur à tes membres; Tu seras comme un jardin arrosé, Comme une source dont les eaux ne tarissent pas. Les tiens rebâtiront sur d’anciennes ruines, Tu relèveras des fondements antiques; On t’appellera réparateur des brèches, Celui qui restaure les chemins, qui rend le pays habitable. Si tu retiens ton pied pendant le sabbat, Pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour, Si tu fais du sabbat tes délices, Pour sanctifier l’Éternel en le glorifiant, Et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, En ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours, Alors tu mettras ton plaisir en l’Éternel (Ésaïe 58: 10-14). Il y en a aussi de nos jours qui prétendent être des obervateurs rigoureux de la loi sans aucun trait de miséricorde en eux. Or, l’oeuvre de Dieu consiste en miséricorde et non en prononçant des sentances religieuses. En effet, nous lisons: Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.

Marchons dans la lumière de l’Éternel, en obéissant à sa loi, mais aussi en étant miséricordieux comme notre Père du ciel est miséricordieux, au nom de Jésus. Amen.

Publié dans:Non classé |on 1 avril, 2011 |Pas de commentaires »

ni Ombre ni Lumière |
SALAFYA |
Le Blog de la Médit' |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Islam
| ANGULO - OVVERO UNA CASA DI...
| anneecalvin2009